About/ A propo/ Contact

When every fairytale comes true...        


  














   Growing up a little girl in Chelmsford, Massachusetts, I believed in fairy tales. The future was full of of them and I believed. Then, like with so many of us, life got in the way and I lost sight of my dreams and lost my belief.
    At 20, I went off to major in English at the University of Maine at Orono. There, I encountered oil paint and fell in love and quickly changed my major to Fine Arts. I fell completely in love with the smell, the texture, and the discoveries in the paint.
    Somewhere along the way, it became necessary to leave school to support my children and family with a "real" job.. Slowly, my brushes and paints and dreams faded out of the house and into the basement. I was left with old photographs of my paintings and carried them everywhere as a reminder of who I'd once been before being Mom, wife and employee.
    At 40, something happened and I woke up. Maybe it was just the birthday but I began to question myself: How could I think of myself as a painter when all there was to show were 15-year-old ragged photos? Why did I let my true love get put on a shelf for so long? So I started painting again and even came to France on a painting workshop. Well, to make a long story short, I quit my "real" job and went back to the University of Massachusetts where the smell of linseed oil and turpentine intoxicated me once more. Painting was like putting on an old well-worn, well-loved t-shirt that I'd forgotten all about. My life was perfect.
    After the first year back in university, my life fell apart with the unexpected death of my partner of 6 years. I was lost without him and didn't know what to do or where to go. My life was over... or so I thought. One night, a voice in my head said 'If something as strange as his death can happen, why isn't everything else possible? Follow your dreams, not what's expected of you.' My kids were grown. Everything I'd had was gone. A wise friend told me to not look for the highway but instead, just follow the little paths that life offers up. Why not? So I packed up and moved to Paris and within a week had a show. It was a group show and not a big one but I was showing (and selling!) paintings in Paris!
    Now I'm still living and painting in Paris and Seborga, Italy, a dream I never believed possible. So you see, fairytales do come true.


Music Series 2002-2004


The focus in my earliest paintings of more than 30 years ago was to capture a certain mood and feeling through an exploration of light and composition. These were painted with many thin layers of paint. In Paris, I began experimenting with the idea of capturing music and the mood created by it by using more color, angled brushstrokes, more of an impasto consistency to my paints. The music in the metro was the catalyst in the beginning then, later, the music in cafés and bars. My aim was to capture the atmosphere and the feeling that everyone in the room was feeling, something special, an event only shared by those who were there.


Paris Series 2005

In September 2004, a move into a studio on the 6th floor on Boulevard St Germain gave me new direction. I became intrigued by the movements and music inside me when I looked out the window. A beautiful shadow, a stream of golden sunlight on my terracotta floor, the glow on the parisian rooftops on a gentle evening all seem to be completely different subject matter from the music series but the happiness and peace I felt inside of me was the same. Being a country girl, I'd never lived up so high. Watching the world from a bird's view inspired me to relearn how to create shadow and light with my paint.


The Distortion Begins


In the summer of 2005, I went to Cadaques, Spain, the village of Dali. Just for fun, I did a Dali-esque painting of the village and the church melting over the mountains. After the « traditional » city views I'd been doing, it gave me such a freedom to play and make up the impossible. Returning to Paris, I moved to rue Tholozé in Montmartre and painted in a boutique on that little street. With the circus atmosphere of Montmartre and the play in Spain, I started working on a series of twisted perspective paintings. Rue Tholozé, Place Dalida and Metro Abbesses are the paintings that came out of my brief time painting in that little boutique on rue Tholozé. This new path let me create movement from brush stroke direction, color, light and perspective.
 

Rooftop Distortion 2006


  After moving out of Montmartre in November 2005, I was confused as to what direction to take my paintings in. I worked on many paintings but all the themes and styles were so different. Each painting opened up a new path and it was hard deciding on just one.  I wanted to concentrate on a single series but which one? "Metro Marché", " Aurore I", "Un Zèbre à Montmartre" and "Twisted Rooftops" all came out of this period and each one gave me too many ideas.   Finally, I spoke with Beth Patterson, my former painting teacher who is also a good friend. Beth adviced me to forget about the idea of working on a series and just go with what ever idea inspired me on that day there and, at the end, I'd have not one but many series. Unblocked! Because I'd always been fascinated by the Paris roofline, I began "Rooftops of rue de Bretagne". It was so much fun and a new series was born out of it.



And the journey Continues...


   The year 2010 was the time to take a break from preparing for specific expositions and just paint. From February to October 2010, I was working at an « Atelier en Commun », an open studio in the 12e arrondissement in Paris. With the high ceilings and big wall spaces, I got back to the ideas found in my triptyques, but this time, they were done all on one big canvas rather than on three separate smaller ones. In October 2010, I was accepted for a permanent residency at the « aftersquat » 59 Rivoli. Having my own personal studio space that is open to the public has encouraged me to continue on this series. And after? Who knows.
   I hope you enjoyed this journey into my universe.

Un conte de fée devenu réalité...



  Quand j'étais petite fille à Chelmsford (Massachusetts), je croyais aux contes de fées. Puis, comme pour tant d'entre nous, la vie a pris le pas et j'ai oublié mes rêves.
    À vingt ans, je partis étudier l'anglais à l'Université de Maine où je découvris la peinture à l'huile : le coup de foudre. Je changeai alors d'orientation et me dirigeai vers les Beaux-Arts. De la peinture, j'adorais l'odeur, la texture, les découvertes.
     Puis, en cours de route, je dus quitter l'école pour m'occuper de mes enfants et de ma famille, en exerçant un " vrai " métier. Lentement, peintures et pinceaux quittèrent le séjour pour la cave. Tout juste me restait-il quelques vieilles photos de mes toiles, que je conservais partout avec moi, en souvenir de celle que j'avais été avant d'être mère, épouse et salariée.
    Puis, à quarante ans, il se produit quelque chose, je me réveillai. Peut-être était-ce une question d'anniversaire, mais j'ai commencé à me demander : comment puis-je me dire peintre, quand tout ce que j'ai à montrer tient en quelques pauvres photos vieilles de quinze ans ? Pourquoi ai-je laissé ma vraie passion sur une étagère si longtemps ? C'est ainsi que je me suis remise à peindre, jusqu'à me rendre en France dans le cadre de travaux pratiques. Bref, abandonnant mon " vrai " métier, je retournai à l'Université du Massachusetts pour y retrouver l'ivresse de l'odeur de l'huile de lin et de la térébenthine. Pour moi, peindre était comme remettre un vieux T-shirt adoré, longtemps oublié et soudain retrouvé. Ma vie était devenue le bonheur parfait.
     Jusqu'au jour où, un an après mon retour à l'université, tout a basculé avec la mort soudaine, accidentelle, de mon compagnon de six années. Sans lui, j'étais perdue et je ne savais pas quoi faire, ni où aller. Ma vie était fichue..., du moins le croyais-je. Mais une nuit, une voix intérieure me dit : " Si quelque chose d'aussi étrange que sa mort a pu arriver, pourquoi toute autre chose serait-elle impossible ? Suis tes rêves, et non ce que l'on attend de toi. " Mes enfants étaient grands. Tout ce que je possédais avait disparu. Pourquoi pas ? Et c'est ainsi que je fis mon sac, m'envolai pour Paris et, une semaine après, participai à une exposition. Oh, pas grand'chose, une petite manifestation collective, mais j'exposais (et je vendais !) ma peinture à Paris.
     À présent, je vis et je peins à Paris et Seborga, Italie, un rêve que jamais je n'aurais cru possible. Ainsi voyez-vous, les contes de fée deviennent réalité.











Série sur la Musique

L'objectif de mes toutes premières peintures, il y a 30 ans, était de traduire une certaine ambiance à travers une exploration de la lumière et de la composition, grâce à de nombreuses couches fines. A Paris, j'ai commencé à expérimenter l'idée de traduire la musique et son ambiance avec plus de couleur, des coups de pinceaux donnés suivant un angle, et plus de consistance à ma peinture. La musique dans le métro en a été le catalyseur initial puis, plus tard, la musique dans les cafés et les bars. Mon but était de saisir l'atmosphère et de restituer sur la toile cette sensation que seul quelqu'un ayant assisté réellement à la scène pouvait éprouver. 













Série sur Paris

En septembre 2004, un emménagement dans un atelier au 6e étage du Boulevard Saint Germain me mit sur une autre direction. J'étais saisie par les mouvements et la musique en moi lorsque je regardais par la fenêtre. Une ombre admirable, un rayon de soleil doré sur mon sol de tomettes, la brillance des toits par un soir doux, tout cela me semblait un univers totalement différente de mes peintures sur la musique, mais la joie et la sérénité qui me pénétraient étaient les mêmes. Fille de la campagne, je n'avais jamais eu l'occasion d'habiter en étage si élevé. Regarder la monde du ciel, comme un oiseau, m'a réappris à créer ombres et lumières. 

 


    

 






Paris Distortion

Durant l'été 2005, je me rendu à Cadaques, le village de Dali en Espagne. Juste pour me détendre, je fis une peinture à la Dali du village et de son église se mélangeant sur fond de montagnes. Après les vues citadines classiques que j'avais peintes, pouvoir ainsi jouer avec la matière me donna une sensation de liberté. De retour à Paris, je déménageai rue Tholozé à Montmartre et peignis dans une boutique de cette rue. Associant l'atmosphère de cirque qui règne à Montmartre et ma peinture-jeu d'Espagne, je commençai à travailler sur une série de peintures présentant des perspectives déformées. « Rue Tholozé », « Place Dalida », Métro Abbesses » sont les toiles nées de mon bref séjour rue Tholozé. Cette nouvelle piste me conduisit à créer le mouvement par la direction des coups de pinceau, la couleur, la lumière et la perspective.
 









Les Toits de Paris

Après avoir déménagé de Montmartre en novembre 2005, je ne savais plus très bien où aller concernant ma peinture. J'ai fait plusieurs tableaux mais chacun avait un thème très différent. Chacun m'a dirigée vers un nouveau chemin et j'ai eu du mal à en choisir qu'un. J'étais bloquée par toutes les idées que j'avais dans ma tête. J'avais envie de commencer une série, mais laquelle? "Métro Marché", "Aurore I", "Un Zèbre à Montmartre" et "Twisted Rooftops" sont venus de cette période et chaque tableau me donnait trop d'idées à explorer.
 
 
  Enfin, j'ai parlé avec Beth Patterson, mon ancien professeur de Beaux Arts, qui est aussi une bonne amie. Elle m'a conseillé d'oublier l'idée de faire une seule série, de suivre l'idée du moment, et, à la fin, je me retrouverais avec plusieurs series. Comme j'étais fascinée par les toits de Paris, j'ai commencé "Rooftops of rue de Bretagne". Je me suis bien amusée et une nouvelle série était née.





















 Et le voyage continue...
 L'annee 2010 était le temps de prendre une pause de préparation pour des expositions spécifiques et de faire la peinture. Entre février et octobre 2010, je travaillais à un atelier commun, Le Cent, dans le 12e arrondissement à Paris. Avec les hauts plafonds et des espaces grand mur, je retrouvais les idées que j'ai découvertes dans mes triptyques, mais cette fois, elles ont été faites sur une seule grande toile plutôt que sur trois distinctes, plus petites. En octobre 2010, j'ai  été acceptée pour une résidence permanente à  « l'aftersquat» 59 Rivoli. Avec mon propre espace qui est ouvert au public, j'ai été encouragée à continuer sur cette série. Et après? Qui sait.


J'espère que vous avez apprécié ce voyage dans mon univers. 

Contact:

lindamccluskey@hotmail.com

or join the

LINDA McCLUSKEY FACEBOOK page by clicking here



You can now order a book of Linda McCluskey Paintings online

by clicking here